Parking nomade IV, animé par Marie-Andrée Lamontagne

Que peut encore transmettre l'homme de nos jours? Réponse possible alors que je m'entretiens avec l'essayiste Jean-Philippe Trottier, qui vient de publier Lettres au fils (Liber, 2012). Une invitation à réfléchir à rebours des idées reçues, dans une perspective humaniste et philosophique. Animée par Marie-Andrée Lamontagne, l’émission Parking nomade est diffusée à l’antenne de Radio Ville-Marie (FM 91,3, Montréal). Deux fois par mois, l’animatrice y propose un entretien en profondeur avec un écrivain. Chaque numéro de Parking nomade est repris dans l’espace de Salon .ll. dans les semaines suivant sa diffusion initiale. Au sommaire de ce quatrième numéro : Jean-Philippe Trottier et Lettres au fils (Liber, 2012)

 

Pour découvrir l'intégralité de l'entretien, cliquez sur le lien.

Reproduit avec l’aimable autorisation de Radio Ville-Marie.

© 2013, Marie-Andrée Lamontagne

Photo: Martine Doyon

Marie-Andrée Lamontagne est écrivain, éditrice, journaliste et traductrice. Chez Leméac Éditeur, notamment, elle a publié un roman (Vert), un recueil de nouvelles (Entre-monde) et un récit (La méridienne). De 1998 à 2003, elle a dirigé les pages culturelles du quotidien québécois Le Devoir, où elle collabore encore à l’occasion. Elle prépare actuellement une biographie de la romancière et poète Anne Hébert (à paraître aux éditions du Boréal). 
Page 1 2 3 4 5 6 7

More articles

Onzième lettre d’Israël, par Chantal Ringuet

L’homme qui buvait les mots

Entretien avec Etgar Keret

L’écrivain israélien Etgar Keret, en compagnie de Chantal Ringuet, à Mishkenot Sha'ananim, au moment du International Writers Festival, Jérusalem, le 17 mai 2012. [Photo: Aleksandar Hemon]

Daewoo, par François Bon - premier volet

Daewoo, roman historique au pouvoir évocateur, donne la parole aux ouvriers (des femmes, pour la plupart), qui furent les vraies victimes de ce crime industriel.Se basant sur des documents de recherche, des entretiens avec certains ouvriers, Bon a créé une oeuvre qui met en lumière l’aspect humain et parfois tragique de ce drame. Comme il le décrit lui-même, “Si ces ouvrières n’ont plus de place nulle part, que ce roman soit leurs mémoires.”

Premier volet (de deux).

 
8-Logos-bottom