Parking Nomade IX, animé par Marie-Andrée Lamontagne

Appartenir à une minorité littéraire est-il un atout pour un écrivain? L’establishment littéraire de Toronto aurait-il des réflexes de colonisés par rapport aux écrivains anglo-québécois de Montréal qu’il ignore avec superbe, sauf s’ils sont publiés à Londres et à New York où ils reçoivent des prix ? En littérature, tout est-il politique ? Y compris le mot «bilingue», honni de certaines associations d'écrivains? À une certaine époque, le nationalisme aurait-il été la nouvelle religion des écrivains, tant au Québec qu’au Canada? Toutes ces questions et bien d’autres sur le sujet sont abordées au micro de Parking nomade, alors que Marie-Andrée Lamontagne reçoit Linda Leith qui vient de publier un essai tout à fait nécessaire : Écrire au temps du nationalisme (traduit de l’anglais par Alain Roy, Leméac Éditeur). Linda Leith a fondé le festival littéraire Metropolis Bleu, qui connaît sa 16e édition du 28 avril au 3 mai. Elle fait ici le portrait d’un milieu littéraire, l’anglo-québécois, qui, dans les années 1950, engendra des écrivains aussi importants que Mavis Gallant ou Mordecai Richler; puis connut une traversée du désert dans les années 1980-1990, avec la montée en puissance de la littérature québécoise, pour plusieurs associée à la seule langue française; avant de jouir maintenant d’un rayonnement international avec les Rawi Hage, Yann Martel, Heather O’Neill ou Anne Carson, pour ne nommer que ces écrivains qui écrivent en anglais à Montréal. Cela étant, affirmer l’existence d’une littérature anglo-montréalaise ne revient-il pas à «provincialiser» les écrivains concernés? Le sujet, on l’aura compris, est loin d’être épuisé.

Pour découvrir l'intégralité de l'entretien, cliquez sur le lien.

L’entrevue fut diffusée une première fois, mercredi 24 avril, à 13h30, à l’émission Parking nomade, à l’antenne de Radio Ville-Marie (FM 91,3 Montréal). Elle est reprise ici avec l’aimable autorisation de Radio Ville-Marie.

© Marie-Andrée Lamontagne, 2014

[Photo: Martine Doyon]

Marie-Andrée Lamontagne est écrivain, éditrice, journaliste et traductrice. Chez Leméac Éditeur, notamment, elle a publié un roman (Vert), un recueil de nouvelles (Entre-monde) et un récit (La méridienne). De 1998 à 2003, elle a dirigé les pages culturelles du quotidien québécois Le Devoir, où elle collabore encore à l’occasion. Elle prépare actuellement une biographie de la romancière et poète Anne Hébert (à paraître aux éditions du Boréal). 

Page 1 2 3 4 5 6 7

More articles

Impressions au pays de Thoreau

Magie des lieux : de Pondichéry à Walden Pond, à l’ombre des bougainvilliers et des érables et dans la lumière de l’été indien.

Aliette Armel 
Photo:  Tadeusz Kluba

Montaigne, notre contemporain I

Série de miniatures par Zoran Minderovic
# 1
 

La déraison de la raison

Montaigne décrie la raison, en ajoutant que l’éducation n’est pas un antidote à des idées loufoques.

8-Logos-bottom