Lettre III, par Georges Castera

Lettre III

 

La lettre sur mer

 

Le temps menace la ville

d’un canon de rides

 

Tu m’écris que les arbres

étranglent les oiseaux

et que la mort fait mouche

sans jeu de mots

le bilinguisme entre les cuisses

 

Je ne sais plus si dehors

ma passion atterrit en catastrophe

ou si…

trois points suspensifs

La lumière s’est changée en cris

le vent blessé est introuvable

 

J’ai pris tous les risques

sans drapeau blanc

jusqu’à la cime des mots

 

Ville absolue dans l’éphémère

ville abrutie dans le mal vivre du poème

ville pour l’anecdotique vie

sans importance

sans porte de secours

 

sans porte de sortie

 

vie portée à vue par la mer

sous poids de barbelés.

 

 

Les cinq lettres

© Georges Castera

Éditions Mémoire d’encrier, 2012

Né en 1936 à Port-en-Prince, Haïti, Georges Castera est poète et dessinateur. Figure importante de la poésie contemporaine, il écrit en français, en créole et en espagnol. En 2006, il reçoit le prix Carbet de la Caraïbe. Il vit à Pétion-Ville.

Page 1 2 3 4 5 6 7

More articles

Neuvième lettre d’Israël, par Chantal Ringuet

Les joies des archives III

Une colline française à Jérusalem

Vue d'un village arabe entouré du mur séparant Israël et la Palestine depuis French Hill, Jérusalem, mai 2012. 
[Photo : Chantal Ringuet]

Un taxi pour Mavis Gallant, par Marie-Andrée Lamontagne

Ce que j'écris ici n'est pas une viande froide, comme disent avec cynisme les journalistes. Le plat est brûlant au contraire. Mavis Gallant n'est plus. Pourquoi diable faudrait-il que je donne un nom à ce texte que personne ne m'a demandé d'écrire et qui n'est peut-être qu'une tentative d'exorciser le geste brutal de la disparition? 

8-Logos-bottom