L’immensité de l’infiniment petit, par Nadia Neiazy

Il est rare qu’un spectacle permette l’incursion dans un univers dont son public ne ressent plus aucune envie de ressortir. Kiss & Cry de Michèle Anne de Mey et Jaco van Dormael est un de ceux-là.

Ce spectacle se soustrait à toute tentative de définition et de caractérisation, car il redéfinit le terme de « multi-disciplinarité » au point où  on a du mal à trouver les mots appropriés pour le décrire.

Il est plein de poésie, de mouvement, de mélancolie, d’humour, où l’infiniment petit prend toute la place, où le tremblement d’un seul doigt peut exprimer la désolation la plus absolue d’une âme délaissée, autant que le premier frisson d’un amour naissant.   

C’est une performance qui laisse le spectateur (mais, justement : est-il resté simple spectateur ? N’est-il pas devenu, en cours de route, participant, amoureux, partenaire de jeu ?) dans l’état un peu ébahi d’une prise de conscience : celle d’assister à la création d’un nouveau genre  ?  indéfinissable car encore inconnu  ?  mais qui exerce son pouvoir de fascination.

Il s’agit d’une co-production, réunissant la choréographe De Meys et le cinéaste Van Dormael dont les prémisses sont : « Où vont les gens quand ils disparaissent de notre vie, de notre mémoire ? ». Suivant le parcours des cinq amours de Cécile, le récit onirique   ?  lu en voix off par son auteur, Thomas Gunzig  ?  est porté par la danse : choréographie minutieuse des mains, empreinte de sensibilité et de sensualité peu communes qui se dessinent sur fond de décors construits avec minutie et imagination, habités par des personnages miniatures.

Techniciens, danseurs, caméras, ordinateurs et différents plateaux de tournage se trouvent tous réunis sur la scène, pendant que la projection de tout ce qui se filme est simultanément  présenté sur un écran géant suspendu au fond de la scène. On assiste donc à la fois à la création d’une œuvre – avec tous les déplacements et préparatifs techniques que cela implique – tout en voyant le produit filmé défiler devant nous.

Tout ce va-et-vient des yeux entre l’écran et les plateaux de tournage devrait brouiller le récit, déconcentrer le spectateur au point d’en perdre le fil, mais c’est le contraire qui se produit : la magie de ce spectacle opère à un point tel que tout cela ajoute à l’envoûtement du public.

Une heure et demie passée dans l’univers lumineux de ses créateurs, Kiss & Cry renvoit ses spectateurs dans les leurs – enrichis d’une expérience artistique hors du commun qui prouve qu’il existe encore des créations dont la portée dépasse de loin l’ensemble de leurs composantes.

 

Kiss & Cry, du 24 au 29 avril 2012, Usine C

Idée originale:    Michèle Anne de Mey et Jaco Van Dormael

Création collective:  M. A. De Mey, Grégory Grosjean, Thomas Gunzig, Julien Lambert, Sylvie Olivé, Nicolas Olivier, Jaco Van Dormael

Choréographie et Nanodanses:  M. A. De Mey et Gregory Grosjean

Mise en scène:  Jaco Van Dormael

Texte:  Thomas Gunzig

Scénario:  Thomas Gunzig et Jaco Van Dormael

 

© Nadia Neiazy 2012

Photo: Douglas Rideout.

 

Chanteuse et claveciniste de formation, Nadia Neiazy se consacre – depuis la fondation de sa compagnie d’opéra-théâtre Productions Alma Viva – à la création, promotion et diffusion de spectacles liant chant lyrique et théâtre parlé.  

 

Page 1 2 3 4 5 6 7

More articles

Montaigne, notre contemporain I

Série de miniatures par Zoran Minderovic
# 1
 

La déraison de la raison

Montaigne décrie la raison, en ajoutant que l’éducation n’est pas un antidote à des idées loufoques.

Le cerveau noir d’Einstein, par Zoran Minderovic

Variations mélancoliques inspirées par les thèmes de Le cas Eduard Einstein, roman de Laurent Seksik (Flammarion, Paris, 2013).

Ce roman-labyrinthe explore les liens énigmatiques entre le génie et la folie dans l’univers tragique de la famille Einstein.

Marie Darrieussecq: Entretien avec Gisèle Kayata Eid

Écrire pour inciter à la réflexion. Entretien exclusif avec Marie Darrieussecq lors de son passage au Salon du livre de Montréal en novembre 2017, autour de son dernier roman : « Notre vie dans les forêts », chez P.O.L. Propos recueillis par Gisèle Kayata Eid.

Marie Darrieussecq a été propulsée sur la scène médiatique en 1996 avec la parution de son premier roman « Truismes », traduit en 40 langues. Lauréate du prix Médicis pour « Il faut beaucoup aimer les hommes », Marie Darrieussecq est l’auteur de nombreux essais, livres d’art, et traductions, dont une nouvelle traduction « A room of one’s one » de Virginia Woolf, « Un lieu à soi ».

8-Logos-bottom