Chantal Ringuet, Under the Skin of War

Dans son ouvrage Under the Skin of War, Chantal Ringuet suit les traces du photojournaliste britannique Don McCullin, qui a fait la couverture de nombreuses guerres et conflits armés durant sa carrière. Voici trois poèmes tirés de ce recueil marqué par l'entrelacement du français et de l'anglais et celui de la prose et de la poésie.

 

On the wrong side of the tracks

since the beginning

 

l’enfance dure

tu quittes l’East End

t’extirpes du gouffre

de la cécité

 

seul dans l’arène où s’affrontent

truands et victimes

malfrats et clochards

escrocs et martyrs

tu lorgnes du côté

des flammes

 

dans ton champ de vision

les miséreux s’éclipsent

fort de leur disparition

tu appuies sur le déclencheur

 

photography came to you

as an accident

 

 

Early on in life, your anger. A gush of black ink through the veins night and day, merciless. What can be done to prevent its mental disturbance, before it blocks your arteries? Photograph the bodies, the faces ravaged by war. Gradually the black soaks into the paper’s grain. An image followed by another, darker. You will not save the world. No. But you offer offer it a framed requiem. A magnificient exposure.

 

 

le dos tressé

du sang des autres

tu repars

 

combattre le néant

qui s’accumule

sous tes fenêtres

 

à Chypre

une vieille femme renaît

dans tes bras

 

demain sera

translucide

 

 

Extraits de Chantal Ringuet, Under the Skin of War ( Ottawa: BuschekBooks, 2014),
pp. 10, 14, 35.

© Chantal Ringuet, 2014.

Chantal Ringuet est poète, traductrice et chercheure en littérature. Détentrice d’un doctorat en études littéraires, elle a fait paraître un recueil de poèmes intitulé Le sang des ruines (Écrits des hautes terres, 2010, Prix littéraire Jacques Poirier), l’ouvrage À la découverte du Montréal yiddish (Fides, 2011) et l’anthologie Voix yiddish de Montréal (Revue Moebius, no 139, 2013). De 2012 à 2014, elle a rédigé une chronique intitulée « Lettres d’Israël » pour le magazine littéraire Salon .ll. Elle est membre de l’Union des écrivaines et des écrivains québécois (UNEQ) et de l’Association des traducteurs et traductrices littéraires du Canada (ATTLC).

Page 1 2 3 4 5 6 7

More articles

Cinquième lettre d’Israël : Soirée avec David Grossman, par Chantal Ringuet (suite)

Soirée avec David Grossman, Suite

FRANCINE KAUFMANN, professeur, chercheur et essayiste, est l’auteur d’une centaine d’articles universitaires et d’encyclopédies, et d’un livre sur le romancier André Schwarz-Bart. Docteure ès Lettres (Paris X-Nanterre 1976), elle a enseigné à Paris III et Paris VIII de 1969 à 1974. Installée en Israël, elle a enseigné jusqu'à sa retraite, en 2011, au département de traduction et d'interprétation de l'université Bar-Ilan, qu’elle a dirigé à deux reprises.

.
Le Naufrage, symbole de transformation, par Nadia Neiazy

Le fruit de la collaboration entre Robert Lepage, Thomas Adès et Meredith Oakes, présenté au Festival d’opéra de Québec, saura-t-il insuffler un nouvel esprit dans la création d’opéra moderne ?

Audrey Luna, soprano, Ariel

The Tempest de Shakespeare à l’opéra.

 

Daewoo, par François Bon - deuxième volet

Daewoo, roman historique au pouvoir évocateur, donne la parole aux ouvriers (des femmes, pour la plupart), qui furent les vraies victimes de ce crime industriel.Se basant sur des documents de recherche, des entretiens avec certains ouvriers, Bon a créé une oeuvre qui met en lumière l’aspect humain et parfois tragique de ce drame. Comme il le décrit lui-même, “Si ces ouvrières n’ont plus de place nulle part, que ce roman soit leurs mémoires.”

Deuxième volet: Fameck, mai 2003 : l’attente du facteur, et Sylvia

8-Logos-bottom